des marques prennent douze engagements après une consultation citoyenne

Des acteurs de la mode (Galeries Lafayette, Groupe Etam, Petit Bateau…), réunis en collectif, ont annoncé le 11 février souscrire à douze engagements pour une mode plus responsable, à l’issue d’une consultation citoyenne organisée avec l’association Paris Good Fashion.

Recyclage des produits, développement du marché de la seconde main, soutien aux filières textiles françaises ou biologiques… Le collectif d’entreprises de l’industrie de la mode, très polluante, a promis de tenir certains de ces engagements dès 2021 mais se donne jusqu’à fin 2024 pour tous les concrétiser.

Pour “éviter le greenwashing”, stratégie marketing trompeuse visant à se donner une image plus verte, les marques expliquent avoir convenu d’un rendez-vous annuel afin de “faire état des avancées, en toute transparence”.

Près de 107.000 personnes ont participé à la consultation citoyenne, lancée en septembre 2020 sur le site Make.org. Se basant sur leurs réponses, le collectif, soutenu par le ministère de la Transition écologique et la Mairie de Paris, a déterminé douze engagements communs.

Parmi les thèmes les plus souvent exprimés figurent le recyclage et la seconde main, la relocalisation de la production ou l’attention portée aux matières et aux procédés de fabrication. Les marques se sont engagées à installer des points de collectes d’articles usagés en magasins, à soutenir les filières françaises de la laine et du lin, à utiliser au moins 50% de coton biologique ou recyclé ou encore à réduire le volume des emballages.

“Cette consultation atteste de la maturité des consommateur, de leur souhait d’aller plus vite”, a déclaré Sylvie Bernard, présidente de Paris Good Fashion. Les résultats “nous permettent de mieux cerner les attentes prioritaires des consommateurs”, a indiqué de son côté Guillaume Houzé, directeur de l’image et de la communication du groupe Galeries Lafayette.

Des premières initiatives ont été annoncées. Le groupe Etam, par exemple, va proposer dès février à ses clientes de rapporter leurs soutien-gorges, qui seront ensuite triés puis recyclés ou donnés à des associations.

Lien source

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *